mardi 9 avril 2019

Le pont dans la jungle - B. Traven


Un roman atypique car il s'écoule le long d'une seule nuit, du crépuscule à cette aube qui sera aussi fatalement un crépuscule et qu'il déroule tous les faits, tous les gestes, même les plus infimes, même s'ils se répètent. Les minutes passent, les heures, le drame arrive et il faudra qu'il passe pareillement afin qu'il puisse être accepté.
Gales, le narrateur est atypique lui aussi, par l'énigme qu'il est - on ne sait rien de lui ou presque, sinon sa nationalité américaine et son état de voyageur - et par son impuissance devant ce qui se joue sous ses yeux. Il se contente de rapporter minutieusement la nuit.
Par ces intermédiaires, Gales, cette nuit, ce drame, B. Traven nous décrit en détail un village d'indiens d'Amérique centrale. Une communauté extrêmement pauvre mais soudée, dont les valeurs, on le sent bien avant qu'il ne le dise clairement, lui vont droit au cœur.
Mes précédentes lectures de Traven étaient lointaines, je ne me souvenais que vaguement de son style. Il est précis, sans fioritures. Une belle redécouverte.


Le pont dans la jungle ( B. Traven ) ( 1929 ) ( Gallimard / La Noire )

2 commentaires:

  1. Je suis grand lecteur de l'insaisissable M.Traven et j'ai chroniqué plusieurs de ses livres, La révolte des pendus, Le vaisseau des morts, La charrette, Le pont dans la jungle, Le visiteur du soir (nouvelles). On se rejoint une fois de plus. C'est à Huston et Bogart que je dois de l'avoir découvert il y a bien longtemps avec Le trésor de la Sierra Madre. A bientôt ami.

    RépondreSupprimer
  2. Oui, on se rejoint. Je l'ai découvert aussi grâce au Trésor de la Sierra Madre. Par contre, je n'en ai pas lu autant que toi. Le visiteur du soir il y a très très longtemps et Rosa Blanca mais ça fait aussi pas mal d'années.
    A bientôt.

    RépondreSupprimer