jeudi 19 septembre 2019

Compilation Septembre / Numéro 4

1)
2)
3)
4) Tango till they're sore ( Holly Cole )
5) My name is Carnival ( Youn Sun Nah )
6) Song to the siren ( This Mortal Coil )
7) Working class hero ( Marianne Faithfull )
8) Stephanie says ( Lady and Bird )
9) Blue velvet ( Lana Del Rey )
10) Let the mystery be ( Live ) ( 10 000 Maniacs / David Byrne )




Holly Cole - Temptation ( 1995 )



Original : ( Tom Waits )
Tom Waits - Rain dogs ( 1985 )


lundi 16 septembre 2019

Compilation Septembre / Numéro 5

1)
2)
3)
4)
5) My name is Carnival ( Youn Sun Nah )
6) Song to the siren ( This Mortal Coil )
7) Working class hero ( Marianne Faithfull )
8) Stephanie says ( Lady and Bird )
9) Blue velvet ( Lana Del Rey )
10) Let the mystery be ( Live ) ( 10 000 Maniacs / David Byrne )




Youn Sun Nah - Same girl ( 2011 )



Original : ( Jackson C. Frank )
Jackson C. Frank - Blues run the game ( 1965 ) ( 1996 )


samedi 14 septembre 2019

Le nazi et le barbier - Edgar Hilsenrath



Le narrateur de ce livre est Itzig Finkelstein. Mais cet Itzig Finkelstein n'est pas le vrai Itzig Finkelstein. Le vrai est mort. Celui qui nous parle est Max Schulz, le génocidaire qui a abattu le vrai Itzig Finkelstein et ses parents en camp de concentration.

Les jeunes Max et Itzig étaient amis avant 1933, habitant la même rue à Wieshalle en Allemagne, travaillant dans le même salon de coiffure, celui de Chaïm Finkelstein, le père d'Itzig. L'un juif, l'autre non mais ressemblant à un juif. Et puis, l'arrivée d'Hitler au pouvoir change tout. Et les amis d'hier ...

Ce n'est que le début du parcours de Schulz. Il y aura la Pologne après le camp de concentration, un retour en Allemagne et finalement la "terre promise".

Si je ne disais que ça, je ne dirais rien. Vous ne sauriez pas le grotesque, l'absurde, l'humour très noir qui font clairement la force de ce livre.

Edgar Hilsenrath était allemand, juif et c'est chez l'éditeur américain qui avait publié son premier roman censuré en Allemagne, Nuit, qu'il fait paraître en 1971 Le nazi et le barbier ... en allemand. Dans son propre pays, il sortira en 1977 et subira les foudres de la critique selon laquelle on ne peut pas parler des Juifs comme cela, avec ironie et férocité.


Le nazi et le barbier - Edgar Hilsenrath ( 1971 ) Éditions Attila.

vendredi 13 septembre 2019

Compilation Septembre / Numéro 6

1)
2)
3)
4)
5)
6) Song to the siren ( This Mortal Coil )
7) Working class hero ( Marianne Faithfull )
8) Stephanie says ( Lady and Bird )
9) Blue velvet ( Lana Del Rey )
10) Let the mystery be ( Live ) ( 10 000 Maniacs / David Byrne )




This Mortal Coil - It'll end in tears ( 1984 )
Voix : Elizabeth Fraser



Original : ( Larry Beckett / Tim Buckley )
Tim Buckley - Starsailor ( 1970 )


mardi 10 septembre 2019

Compilation Septembre / Numéro 7

1)
2)
3)
4)
5)
6)
7) Working class hero ( Marianne Faithfull )
8) Stephanie says ( Lady and Bird )
9) Blue velvet ( Lana Del Rey )
10) Let the mystery be ( Live ) ( 10 000 Maniacs / David Byrne )




Marianne Faithfull - Broken english ( 1979 )



Original : ( John Lennon )
John Lennon - John Lennon / Plastic Ono Band ( 1970 )


samedi 7 septembre 2019

Compilation Septembre / Numéro 8

1)
2)
3)
4)
5)
6)
7)
8) Stephanie says ( Lady and Bird )
9) Blue velvet ( Lana Del Rey )
10) Let the mystery be ( Live ) ( 10 000 Maniacs / David Byrne )




Lady and Bird - Lady and Bird ( 2003 )
( Keren Ann est Lady, Bardi Johansson est Bird )


Original : ( Lou Reed ) ( 1968 )
The Velvet Underground - VU ( 1985 )


mercredi 4 septembre 2019

Compilation Septembre / Numéro 9

1)
2)
3)
4)
5)
6)
7)
8)
9) Blue velvet ( Lana Del Rey )
10) Let the mystery be ( Live ) ( 10 000 Maniacs / David Byrne )




Lana Del Rey - Born to die ( The Paradise Edition ) ( 2012 )



Original : ( Bernie Wayne / Lee Morris )
Tony Benett ( 1951 )







dimanche 1 septembre 2019

Compilation Septembre / Numéro 10

1)
2)
3)
4)
5)
6)
7)
8)
9)
10) Let the mystery be ( Live ) ( 10 000 Maniacs / David Byrne )




10 000 Maniacs - MTV Unplugged ( 1993 )



Original : ( Iris DeMent )
Iris DeMent - Infamous angel ( 1992 )


dimanche 18 août 2019

Écoute la ville tomber - Kate Tempest



Kate Tempest est une poétesse, rappeuse et dramaturge londonienne. Écoute la ville tomber est son premier roman. Il s'agit en fait de la mise en roman de l'histoire racontée dans son premier album Everybody down ( 2014 ). Les titres des chapitres reprennent d'ailleurs à la lettre ceux des plages du disque.
Écoute la ville tomber est selon moi un titre hors de propos, Écoute la ville changer serait beaucoup mieux car cette ville, Londres, ne tombe pas, elle change mais encore bien meilleur que le "mien", l'original The bricks that builds the houses est bien sûr tout à fait adéquat, car c'est ça, ces personnages, ces destins, ce peuple sont les briques qui construisent les maisons, la ville.

Becky, Harry et Leon partent pour une cavale avec une valise pleine d'argent mais ce qui intéresse l'auteure, ce n'est pas ça, ce sont les causes, la généalogie en quelque sorte de cette cavale.
Qui est Becky. Qui est Harry. Quelles sont leurs familles. Leurs backgrounds. Comment elles vont se rencontrer - contrairement  au disque, Harry est une fille ici - être irrésistiblement attirées l'une par l'autre, se perdre de vue pour finalement se retrouver sur le même chemin et dans cette même voiture qui s'enfuit dans la nuit.

J'ai quelques réserves : des scènes un peu longues à mon goût et peut-être le fait que tous les personnages principaux soient issus de deux familles, qui si on peut y voir un petit quelque chose de shakespearien, est peu crédible.
Mais hormis ça, c'est un très bon livre, très rythmé, avec à chaque page, des phrases qui font mouche, des métaphores pertinentes.
Harry a un frère de cœur, Leon. Elle en a un de sang, Pete, tous les deux ont des parents divorcés et un beau-père, David, qui lui a un fils. Becky a deux oncles et quelque part deux parents qui jouent l'Arlésienne. Ces personnages aiment, vibrent et doutent aussi plus souvent qu'à leur tour et on s'y attache. Je me suis attaché.


Écoute la ville tomber ( Kate Tempest ) ( 2016 ) Éditions Rivage Poche.

dimanche 4 août 2019

Mon chien Stupide - John Fante



Ça commence comme une nouvelle avec enchaînement des faits dans une unité de temps et puis incidemment ça se transforme en roman. Un roman court, mais un véritable roman.

S'il n'y avait que peu de doutes que Bandini était John Fante, il y en a peut-être encore moins dans Mon chien Stupide que Henry J. Molise le soit avec sa femme et ses quatre enfants, sa grande maison à Point Dume, son boulot de scénariste à Hollywood et sa créativité littéraire au point mort elle ...
Henry J. Molise = John Fante. Arturo Bandini = John Fante. Fameuses équations d'où il résulte que Henry J. Molise = Arturo Bandini + Variable de temps. Molise est un Bandini qui a vieillit et mûri mais qui ne peut que garder ce caractère de chaud et de froid. Capable de tout, de tendresse, d'amour, de dureté, de brutalité. Rêvant toujours dans un coin de sa tête d'ailleurs où l'herbe est forcément plus verte, les villes plus belles tout comme les femmes qui y vivent, les mets plus délicats et plus délicieux, mais qui sait parfaitement au fond de lui qu'il ne quittera jamais le chemin sur lequel il s'est engagé. Qui peut-être, s'il n'y réfléchit pas longuement, lui convient.

Mon chien Stupide est loufoque et drôle mais aussi bouleversant. Molise est saisi à un moment crucial de sa vie, quand ses enfants vont quitter les uns à la suite des autres la maison familiale. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que Molise-Fante est encore une fois d'une grande lucidité sur lui à ce moment-là.

Mon chien Stupide est la deuxième histoire de Henry Molise après Les compagnons de la grappe. Et ici Molise me paraît plus Molise que dans le précédent. Peut-être parce que dans Les compagnons de la grappe, il s'agissait de la relation entre Henry et son père et que celui-ci accaparait une partie de ce nom alors qu'ici, ses enfants ne le font pas.

Dans Mon chien Stupide, il y a aussi un gros chien. Un des fils de Molise l'appelle Stupide. Et ça lui va.


Mon chien Stupide ( John Fante ) ( 1985 ) Éditions 10/18.

mercredi 24 juillet 2019

Les étoiles s'éteignent à l'aube - Richard Wagamese


Voilà une histoire qui nous prend par le col et qui nous entraîne avec elle, comme elle le fait pour ses protagonistes. Comme eux, nous savons qu'il faudra aller à son bout. Un chemin du début à la fin, sans brûler les étapes, des révélations qui doivent être faites, de la première à la dernière, sans en oublier une.

Frank Starlight, un jeune indien de 16 ans, va devoir accompagner et aider son père à rejoindre sa dernière demeure. Frank, qui a été élevé par un vieil homme, ne connaît ce père que comme une espèce de fantôme aux rares apparitions et un alcoolique notoire.
Lors de leur périple, à pied pour le garçon et à dos de jument pour le père, Frank et Eldon Starlight vont apprendre à s'apprivoiser, petit à petit, à se connaître. Et apprendre tout court.
Eldon sait qu'il reste très peu de temps, trop peu pour se rapprocher de son fils et devenir un père pour lui, mais au moins pourra-t-il lui dire qui il est et lui raconter les grandes étapes de son histoire. Lui dire les grands-parents de Frank, le travail dans les exploitations forestières, son amitié avec Jimmy, leur guerre de Corée. Eldon fera au moins ça, à son rythme entrecoupé par ses crises régulières et en prenant son temps aussi, peut-être pour être certain de ne rien oublier d'important mais plus sûrement parce que certaines choses sont difficiles à sortir. Comme par exemple les réponses aux deux questions les plus importantes pour son fils.

Merci Claude de m'avoir mis sur la voie de ce livre. Sans toi, je serai  passé à côté.


Les étoiles s'éteignent à l'aube ( Richard Wagamese ) ( 2015 ) Éditions 10/18.

samedi 20 juillet 2019

La fête du Double Neuf ( Deux poèmes chinois )

Voici deux poèmes chinois que j'ai recopié d'une anthologie il y a quelques années.



Sur l'air Qing Jiang Yin

      Sur le lac le 9ème jour de la 9ème lune 

Le vent d'ouest souffle encore dans les saules au bord du lac
vers le bateau peint il soutient une manche rouge
les mouettes dorment paisibles sur les eaux sauvages
un papillon danse maigre fleur d'automne
pour le vieillard libertin l'ivresse n'est pas le vin



Sur l'air Si Kuai Yu

      En voyage le 9ème jour de la 9ème lune 

Son chapeau emporté par le vent
il prend de la hauteur avec le vin
l'homme dans les lointains, nuage bleu d'automne
la pluie à ma clôture a dû flétrir les fleurs jaunes
triste encore triste
étage après étage
le 9 de la 9ème lune




Notes :
Le 9ème jour de la 9ème lune : La fête du Double Neuf, fin Octobre ou début Novembre, est l'occasion de se réunir, d'admirer ensemble les couleurs de l'automne, de regarder les chrysanthèmes ( fleurs jaunes ), de rechercher les derniers papillons ... L'usage voulait aussi que les lettrés se donnent pour but de promenade un lieu élevé, une colline, une terrasse où l'on buvait entre amis. Au IVème siècle, la tradition existait déjà, et un certain Meng Jia, ivre, laissa échapper en cette occasion son bonnet de mandarin emporté par le vent. Quelqu'un en profita pour écrire un libelle contre lui. L'anecdote devint célèbre. Depuis, chaque année, de siècle en siècle, les poètes ont pris l'habitude, ce jour-là, de perdre ( dans leurs poèmes ) leur couvre-chef emporté par le vent d'ouest ...
Manche rouge : jolie fille, courtisane.

mardi 16 juillet 2019

L'araignée mouche

Une carte postale que j'ai depuis très longtemps.




Sur le bord gauche, la photo de trois jeunes filles.
Dans l'angle inférieur droit, le texte qui suit, manuscrit et qui est également retranscrit au dos de la carte :

C'est un monstre qui sort d'on ne sait où, il hante les couloirs toutes les nuits et il va dans les chambres des châteaux habités par des enfants. Il fait des câlins aux enfants qui le méritent, ceux qui durant la journée, obéissent aux ordres et qui ne font pas de bêtises. Par contre, aux autres qui n'en font qu'à leur tête, il se transforme en araignée et va sur leur tête. Toutefois dans le nombre des enfants il y a en un bien coquin que l'araignée adore : elle mange toutes les mouches de l'enfant et devient énorme et le réveille pour le remercier. Alors, elle tisse une toile en forme de guitare et s'en va. Elle redevient monstre normal et c'est déjà le matin.


peinture, collage et texte réalisés par Judith dans le cadre de la résidence de Marc Pataut, programme national "Culture à l'hôpital" artothèque du Limousin - CHU Limoges.

avec le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication - DRAC Limousin, du Conseil Régional du Limousin, de l'Agence Régionale d'Hospitalisation et de la Caisse d'Epargne d'Auvergne et du Limousin.