dimanche 20 mai 2018

Le marquis de Bolibar - Leo Perutz



   Peu de temps avant la guerre franco-allemande mourut à Dillenburg, petite ville de l'ancien duché de Nassau, un gentilhomme, propriétaire foncier, du nom d'Edouard de Jochberg. C'était un étrange vieillard qui éprouvait pour toute espèce de conversation une aversion presque pathologique. Il passait la plus grande partie de l'année sur ses terres. Ce ne fut qu'à la fin de sa vie que les progrès de la maladie l'obligèrent à transporter de façon définitive sa résidence dans la petite ville.
   Aucune des rares personnes qui étaient admises près de lui, ses chiens de chasse et ses chevaux représentant ses compagnons habituels, ne savait que M. de Jochberg était un vieux soldat qui, aux temps de sa jeunesse, avait vécu une partie des campagnes de Napoléon 1er. Personne ne l'avait jamais entendu faire le moindre récit ou la moindre allusion, en ce qui concernait cette partie de son existence. On conçoit que la surprise de tous ceux qui l'avaient connu fut très grande, lorsqu'à sa mort, on découvrit près de son testament, soigneusement classés, ficelés et scellés, une liasse de papiers dans lesquels un premier examen fit bien vite reconnaître les mémoires du lieutenant de Jochberg pendant la campagne d'Espagne.
   Les révélations sensationnelles de ces documents éveillèrent dans toute la province de Nassau et dans le grand-duché de Hesse limitrophe un intérêt extraordinaire. Les journaux locaux insérèrent des comptes rendus et des extraits des Mémoires de M. de Jochberg ; des savants réputés examinèrent les papiers ; les héritiers du défunt, son neveu Guillaume de Jochberg, professeur agrégé à Bonn, et une vieille personne, Mlle d'Hartung, d'Aix-la-Chapelle, furent l'objet, de la part des éditeurs, des sollicitations les plus pressantes. Bref, on ne parla plus que de ces Mémoires, et la guerre qui éclata bientôt après ne réussit pas à faire rentrer complètement dans l'ombre cet événement.
   Ces Mémoires jetaient, en effet, une vive clarté sur un chapitre encore très obscur de l'histoire nationale : à savoir, la destruction totale par des guérillas espagnoles des deux régiments de Nassau et du Prince héritier de Hesse.


Le marquis de Bolibar ( Leo Perutz ) ( 1920 ) pp 11-12 ( Albin Michel )

4 commentaires:

  1. Ce résumé est fort captivant, donnant envie d'en savoir plus, sur cet écrivain.
    Merci Patrick pour la présentation de ce romancier Leo Peruts dont je n'ai lu aucune de ses œuvres et dont selon quelques recherches sur internet, je découvre un immense écrivain, versé dans la littérature fantastique. J'ai appris aussi que "Le marquis de Bolibar" a même été adapté au cinéma en 1928.
    Bien à toi Patrick

    RépondreSupprimer
  2. C'est un livre qui m'a beaucoup plu, qui m'a transporté ailleurs, tout comme l'avait fait les deux autres livres de Perutz que j'ai lu, le Cavalier suédois et Le Maître du jugement dernier.
    Un auteur découvert grâce à Claude ( Eeguab ).
    Merci de ton passage Bizak.
    A bientôt.

    RépondreSupprimer
  3. Hello Patrick. Oui, la lecture de Perutz est vraiment stimulante. Il semble qu'on le redécouvre doucement. J'en ai lu huit ou neuf mais justement pas Le marquis de Bolibar. A bientôt.

    RépondreSupprimer
  4. Des livres que je n'ai pas pas pu lâcher jusqu'à la fin. C'est passionnant. Perutz est vraiment un maître dans l'art de nous emmener où il veut.
    Ton passage ici me fait énormément plaisir, Claude.
    À bientôt.

    RépondreSupprimer