jeudi 27 juin 2019

Hey Lucinda - Tindersticks / Lhasa

Pour Claude ...

Cette chanson est sur The waiting room, l'album de 2016 des Tindersticks. Elle a été composée à partir d'une démo enregistrée sept ans auparavant. Le clip est réalisé par Rosie Pedlow et Joe King.




Hey Lucinda 

Hey Lucinda, you come out drinking with me tonight ? - The summer's almost gone - Hey Lucinda, time's running out - Hey Lucinda, our time is running out
I'm getting tired of those guys, tonight I'm gonna stay home - I'm tired of hanging out, maybe I'll just stay home tonight
When will you learn Lucinda, that feel is a creeping one - So hey Lucinda, you come out drinking with me tonight ? - The summer's almost gone - And soon the path that leads to your house will be a treacherous with the frost - And I may get lost in these cold and lonely nights
I could drink all this body could hold - But for the fear I might fall over and break these brittle bones - And these dirty little cigarettes we smoke - And the liquor it just throws a cloak over the feelings we should show
Hey Lucinda - I may be waiting for you - Time's running out - But hey Lucinda - I may be waiting for you - Our time is running out
Hey Lucinda, you come out drinking with me tonight ? - Yeah, we could find some dancing
I only dance to remember how dancing used to feel - And I wake up every morning to find you waiting for me - Time's a wasting Lucinda, those college guys - They'll be changing all the records, sitting in our favorite spot - But they drink to the future, not to forget the past
But hey Lucinda - I may be waiting for you - Time's running out - I may be waiting for you - But hey Lucinda - Our time is running out


Hé Lucinda 

Hé Lucinda, tu viens boire avec moi ce soir ? - L'été est presque fini - Hé Lucinda, le temps presse - Hé Lucinda, notre temps presse
J'en ai marre de ces types, ce soir je veux rester à la maison - Je suis fatiguée de traîner, je vais peut-être rester à la maison ce soir
Quand apprendras-tu Lucinda, ce sentiment est terrifiant - Alors hé Lucinda, tu viens boire avec moi ce soir ? - L'été est presque fini - Et bientôt le chemin qui mène à ta maison sera traître à cause du gel - Et je pourrais me perdre dans ces nuits froides et solitaires
Je pourrais boire tout ce que ce corps peut contenir - Mais de peur je pourrais tomber et me casser ces os fragiles - Et ces sales petites cigarettes que nous fumons - Et l'alcool ça jette juste un voile sur les sentiments que nous devrions montrer
Hé Lucinda - Je t'attends peut-être - Le temps presse - Mais hé Lucinda - Je t'attends peut-être - Notre temps presse
Hé Lucinda, tu viens boire avec moi ce soir ? - Ouais, nous pourrions trouver quelque dancing
Je danse seulement pour me souvenir comment c'était de danser - Et je me réveille chaque matin pour te trouver qui m'attend - Le temps se gaspille Lucinda, ces étudiants - Ils changeront tous les disques, assis à notre endroit préféré - Mais ils boivent au futur, pas pour oublier le passé
Mais hé Lucinda - Je t'attends peut-être - Le temps presse - Je t'attends peut-être - Mais hé Lucinda - Notre temps presse


mardi 25 juin 2019

Nié bouditié / Los peces ( Lhasa et Bratsch )

Pour Bizak ...
           tes mots, ta poésie nous manquent


Nié bouditié est un chant russe tzigane. Le duo avec Lhasa fait partie de l'album Plein de monde ( 2007 ) de Bratsch.




Nié bouditié 

Oy da nié bouditié - Tu men man maladova - Oy da paka solnichka - Romalei nié vzaïdiot
Oh Liouba
De louli tchatcho dané - Ay paka solnichka - Romalei nié vzaïdiot
Oy denti denti - Sivones que voliya - Yov bvouilidjia yala - Te baxt e doliya
Ay lou li lou li lou li - Ay lou li lou li lou li - Oh oh oh - Ay lou li lou li lou li - Ay lou li lou li lou li
Oy zaxatchikirenti - Oy loustrio yo yaga yaga - Sto moui nié o zapa tchaikaits o tchaveske te yaka
Ay lou li lou li lou li - Ay lou li lou li lou li - Oh oh oh - Ay lou li lou li lou li - Ay lou li lou li lou li


Ne réveille pas

Ne me réveille pas - Ne réveille pas le garçon - Jusqu'à ce que le soleil - Ne soit levé
Oh Liouba
C'est vrai - Jusqu'à ce que le soleil - Ne soit levé
Laisse libre - Le cheval gris - Et il nous donnera - Joie et bonheur
Ay lou li lou li lou li - Ay lou li lou li lou li - Oh oh oh - Ay lou li lou li lou li - Ay lou li lou li lou li
Éteins la lumière - N'ennuie pas - Les yeux de l'enfant
Ay lou li lou li lou li - Ay lou li lou li lou li - Oh oh oh - Ay lou li lou li lou li - Ay lou li lou li lou li


Une vidéo qui revient sur l'enregistrement de ce duo.




Dans la précédente vidéo est évoqué un enregistrement pour Canal +, le voici. Nulle part ailleurs, le 18 Mars 1999. Los peces, chanson traditionnelle sur La llorona, premier album de Lhasa.




Los peces 

La vírgen se está peinando - Entre cortina y cortina - Los cabellos son de oro - Y los peines de plata fina
Pero mira como beben - Los peces en el río - Pero mira como beben - Por ver a dios nacer
Beben y beben - Y vuelven a beber - Los peces en el agua - Por ver a dios nacer
La vírgen lleva una rosa - En su divina pechera - Que se la dió San José - Antes que el niño naciera
La vírgen va caminando - Y va caminando solita - Y no lleva pa companía - Que el niño de su manita
La vírgen lava pañales - Y los tiende del romero - Los pajarillos cantando - Y el romero floreciendo


Les poissons

La vierge se peigne les cheveux - Entre rideau et rideau - Ses cheveux sont en or - Et les peignes en argent fin
Mais regarde comment boivent - Les poissons dans le fleuve - Regarde comme ils boivent - En voyant Dieu naître
Et boivent et boivent - Et boivent encore - Les poissons dans l'eau - En voyant Dieu naître
La vierge, sur son sein divin - Porte une rose - Que Saint-Jean lui a donnée - Avant que l'enfant naisse
La vierge marche - Et elle marche solitaire - Et elle n'a pour l'accompagner - Que l'enfant, par sa petite main
La vierge lave des langes - Et les suspend sur les branches de romarin - Les oiseaux chantent - Et l'arbre fleurit

dimanche 23 juin 2019

Los hermanos - Bïa / Lhasa

Pour Célestine ...

Cette chanson est sur Nocturno, l'album de Bïa de 2008. Elle a été écrite par Atahualpa Yupanqui.




Los hermanos

Yo tengo tantos hermanos - Que no los puedo contar - En el valle, la montaña - En la pampa y en el mar
Cada cual con sus trabajos - Con sus sueños, cada cual - Con la esperanza adelante - Con los recuerdos detras
Yo tengo tantos hermanos - Que no los puedo contar
Gente de mano caliente - Por eso de la amistad - Con uno lloro, pa llorado - Con un rezo pa rezar
Con un horizonte abierto - Que siempre esta mas alla - Y esa fuerza pa buscarlo - Con teson y voluntad
Cuando parece mas cerca - Es cuando se aleja mas - Yo tengo tantos hermanos - Que no los puedo contar
Y asi seguimos andando - Curtidos de soledad - Nos perdemos por el mundo - Nos volvemos a encontrar
Y asi nos reconocemos - Por el lejano mirar - Por la copla que mordemos - Semilla de immensidad
Y asi, seguimos andando - Curtidos de soledad - Y en nosotros nuestros muertos - Pa que nadie quede atras
Yo tengo tantos hermanos - Que no los puedo contar - Y una novia muy hermosa - Que se llama Libertad !


Les frères 

J'ai tant et tant de frères - Que je ne peux les compter - Dans la vallée, la montagne - Sur la plaine et sur la mer
Chacun avec son travail - Chacun avec ses rêves - Avec l'espoir devant soi - Et les souvenirs derrière
J'ai tant et tant de frères - Que je ne peux les compter
Avec les mains chaleureuses - De leur amitié - Avec une complainte pour pleurer - Avec une prière pour prier
Avec un horizon ouvert - Qui est toujours loin - Et cette force pour l'atteindre - Avec obstination et volonté
Quand il semble près - C'est là qu'il s'éloigne encore - J'ai tant et tant de frères - Que je ne peux les compter
Et ainsi toujours nous allons - Tannés par la solitude - Par le monde nous nous perdons - Toujours nous nous retrouvons
Et ainsi nous nous reconnaissons - Par le même regard lointain - Par ce couplet où nous mordons - Graine d'immensité
Et ainsi toujours nous allons - Tannés par la solitude - Et en nous nous portons nos morts - Que personne ne reste en arrière
J'ai tant et tant de frères - Que je ne peux les compter - Et une très belle fiancée - Que l'on nomme Liberté !